Lycée Français d'Amman
Là où naissent les grands esprits

 

Enseignement et Homologation

Primaire

Équipe pédagogique
Enseignants AIT ZOUAOUA Akila
  AL HINEIDI Chantal
  CHAPELET Gwennhaël
  GAUDILLIER Nicolas
  TIHHI Nadine
  FONTAINE Estelle
  OUALA Saïd
  HADDAD Hamale
  RAOUST MEUNIER Laure
  LAMBOLEY Valérie
  DURAND Corinne
  PROST Emilie
   
Professeurs d’Anglais ALHMOOD Ahlam
  EAPEN Jacob
  NINO Lilian
  ODEH Sawsan
Professeurs d’Arabe AL ORFAHLY Suzanne
  ALI Laila
  ZURIKAT Ghada
Structure et Effectifs

MATERNELLE

Niveau Nb de classes Effectifs
TPS 0.5 8
PS 1 22
MS 1.5 33
GS 2 44

ÉLÉMENTAIRE

Niveau Nb de classes Effectifs
CP 3 45
CE1 2 41
CE2 2 43
CM1 1.5 35
CM2 1.5 38
Homologation

Le Lycée Français d’Amman est un établissement français homologué par le Ministère français de l'Éducation Nationale, qui fixe objectifs, programmes, méthodes, instructions et examens. Le LFA se conforme pour tous les niveaux à ces directives.

L'enseignement des langues

La spécificité du Lycée Français, un enseignement trilingue pour tous dès la maternelle. L’établissement prend en compte les réalités qui lui sont propres et par conséquent adapte l'enseignement des langues. En effet, notre objectif à long terme est d'amener le plus grand nombre d'élèves possible à un niveau de compétence élevé en anglais et en arabe.
Ce contexte a amené l’école primaire à proposer un enseignement trilingue pour tous; l’enseignement est dispensé majoritairement en français.
Les élèves de maternelle à leur arrivée en toute petite, petite et moyenne section, développent en priorité l’acquisition du français mais suivent également 5h d’arabe par semaine; soit pour se familiariser avec la langue du pays d’accueil, soit pour conserver le lien avec leur langue maternelle.
À partir de la dernière année de maternelle, de la grande section jusqu’au CM2, tous les élèves reçoivent un enseignement TRILINGUE. L’enseignement est dispensé majoritairement en français et complété par un enseignement en anglais et en arabe suivant des horaires variables en fonction des niveaux de classe et des choix de familles.
Les familles peuvent choisir un enseignement des langues à dominante anglaise ou arabe; ce choix se fera lors de la rencontre avec le directeur du primaire.
Le lycée propose aussi des activités extra scolaires en français, en anglais ou en arabe pour donner l’occasion aux élèves de pratiquer les langues en situation réelle de communication.

Progressions par cycle de l’enseignement de l’arabe
Progressions par cycle de l’enseignement de l’anglais


Secondaire

Les langues

Pour les élèves qui s’inscrivent en cours de scolarité, il est possible de poursuivre par le CNED l’enseignement d’une langue non enseignée au LFA, commencée en 4ème dans un autre établissement.

Collège (6ème à 3ème):

  • Anglais (LV1)
  • Espagnol (LV2)
  • Arabe (obligatoire)

Lycée (Seconde):

  • Anglais (LV1)
  • Espagnol (LV2)
  • Arabe (facultatif)

Lycée (Première,Terminale):

  • Anglais (LV1)
  • Espagnol (LV2)
  • Arabe (facultatif)
Les enseignements d’exploration

L'enseignement d'exploration est un enseignement d'une heure trente hebdomadaires qui aide à la préparation de l’orientation en classe de première, mais qui n’est pas déterminant dans la décision de fin d’année.
Les différents enseignements d'exploration ont en commun un double objectif :
- Permettre aux élèves de découvrir les domaines d'investigation scientifique (sciences et sciences humaines) et les méthodes de travail des filières. La démarche est privilégiée par rapport au contenu.
- Découvrir les possibilités d'études et de métiers des domaines choisis.
Dans la mesure du possible, l'établissement s'appuie sur les ressources locales, pour intégrer des visites d'entreprise et des interventions de professionnels.
L'enseignement d'exploration est choisi en fonction des goûts et de la curiosité de l'élève.

Lycée (Seconde):

  • Sciences Economiques et Sociales (obligatoire)
  • Littérature et Société ou Sciences et laboratoire
Les enseignements de spécialité

Lycée (Première, Terminale): Mathématiques.

Équipe pédagogique
 ANGLAIS LE LAN François
  AYOUB Renad
 ARABE DABABNEH Salam
  AL HAMAIDEH Mustafa
FRANCAIS GAUDILLIER Sandrine
  JEANPIERRE Antoine
  ZNAIDI Rabaa
ARTS PLASTIQUES ZNAIDI Rabaa
ESPAGNOL RIFAI Ana Maria
HISTOIRE-GÉO GOUAULT Valérie
  SALEH Nathalie
MATHÉMATIQUES CRESPEL Fabien
  BOUCHÉ Dominique
  YOUCEF Mohammed
PHILOSOPHIE GAUDILLIER Sandrine
PHYSIQUE-CHIMIE MARKINE Dominique
S.V.T SALAH Carole
S.E.S BERTOLOTTI Claire
TECHNOLOGIE BOUCHÉ Dominique
Structure et Effectifs

COLLÈGE

Niveau Nb de classes Effectifs
6ème 2 38
5ème 1 22
4ème 2 30
3ème 1 23

LYCÉE

Niveau Nb de classes Effectifs
2nde 1 27
1ère (S et ES) 2 26
Tales (S, ES et L) 3 24
Principes pédagogiques

"L'enfant du XXIe siècle n'est pas celui de l'époque de Jules Ferry. Abreuvé d'images et d'informations, soumis très tôt aux contradictions du monde moderne, à ses tensions, à ses tentations, il a besoin de repères solides, de maîtrise des savoirs fondamentaux pour comprendre le monde complexe qui l'entoure et faire l'apprentissage de l'autonomie, de la socialisation et de la responsabilité."
(BOEN du 26 novembre 1998)
Au-delà des savoirs seuls, de multiples compétences doivent être développées pour faire face aux défis du XXIème siècle mondialisation, mobilité, numérique, environnement, citoyenneté ....
"C'est le pari qu'a pris l'École Centrale Paris [pour ne citer qu'un exemple], en procédant à une rénovation complète de son projet pédagogique[ en 2012] : chaque enseignement est désormais replacé dans son contexte global, en expliquant aux étudiants ses applications et enjeux.
Il s'agit en effet de former pour les entreprises, les gouvernements et les institutions, des acteurs capables d'intégrer les grandes questions environnementales et sociales dans une stratégie de développement équilibré. L'enjeu est de permettre l'accès à l'énergie, à l'eau, à l'alimentation, à la santé, à l'information et à la formation pour les 9 milliards d'hommes et de femmes qui peupleront notre planète en 2050 et dont les deux tiers vivront dans les villes".
Depuis 2005 les réformes du socle commun en primaire et collège, puis en 2008 , les réformes du lycée ont profondément modifié les programmes et les méthodes de l'enseignement.

 

En savoir plus sur les réformes du socle commun primaire et collège

Le Socle commun des connaissances et des compétences a été instauré par la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'École du 23 avril 2005.
Le socle commun de connaissances et de compétences désigne un ensemble de connaissances et de compétences que les élèves doivent maîtriser à l'issue de la scolarité obligatoire pour poursuivre leur formation, construire leur avenir professionnel et réussir leur vie en société.
Chaque grande compétence du socle est conçue comme une combinaison de connaissances fondamentales, de capacités à les mettre en œuvre et d'attitudes indispensables. Chaque compétence requiert donc la contribution de plusieurs disciplines et, réciproquement, une discipline contribue à l'acquisition de plusieurs compétences. Le socle commun s'acquiert progressivement de l'école maternelle à la fin de la scolarité obligatoire.
Il s'articule en 3 paliers :
Palier I : cycle II du premier degré ( GS – CP - CE1 )
Palier II : cycle 3 du premier degré ( CE2 – CM1 – CM2)
Palier III : collège (6ème à 3ème)
La mise en place du socle commun a imposé une nouvelle pédagogie, par exemple :
En classe, les modalités de travail sont basées sur l'observation, la manipulation et la formalisation des règles .
Les activités transdisciplinaires sont nécessaires .
L'évaluation ne porte plus sur les seuls savoirs mais aussi sur les savoir-faire et savoir-être.
Dans cette logique, la masse des devoirs à la maison n'est pas gage d'efficacité ; en effet, "c'est au moment où on a besoin des outils pour travailler que l'on peut apprendre les gestes intellectuels utiles", d'autant que " si les élèves n'acquièrent pas de réflexes de travail utiles en faisant leurs devoirs, les enseignants ne voient pas non plus travailler leurs élèves." Pour Patrick Rayou*, enseignant-chercheur en sciences de l'éducation à l'université Paris-VIII,
Les 7 compétences du socle :
1.la maîtrise de la langue française ;
2.la maîtrise des principaux éléments de mathématiques ;
3.une culture humaniste et scientifique permettant le libre exercice de la citoyenneté ;
4.la pratique d'au moins une langue vivante étrangère ;
5.la maîtrise des techniques usuelles de l'information et de la communication.
6.Compétences sociales et civiques
7.Autonomie et initiatives
Validation des acquis :
La validation des acquis des élèves est enregistrée dans un livret personnel de compétences( LPC) qui atteste l'acquisition des connaissances et compétences du socle commun, au palier I (fin de CE1) et au palier II (fin de CM2), au palier III ( fin de 3ème)
1.La validation du socle est indispensable pour l'obtention du DNB ( Diplôme National du Brevet ) en 3ème.
2.Une épreuve orale d'histoire des arts ( épreuve pluri-disiplinaire et transversale ) pour le DNB est en place depuis la session 2010 .

 

 

En savoir plus sur les réformes du Lycée

Dans la continuité du socle commun et dans la poursuite de l'objectif général de formation des jeunes, la réforme du lycee engagée depuis 2010 , termine sa mise en place avec la promotion des élèves en seconde en 2010 arrivés en terminale en 2013.
Ce qui a changé avec la réforme :
Organisation des enseignements
La réforme du lycée rééquilibre les voies générale et technologique et les séries à l'intérieur de chaque voie. Elle permet aux élèves de se spécialiser plus progressivement, pour préparer leur projet d'orientation de manière réfléchie.
En seconde, aider les élèves à se déterminer
La nouvelle organisation de la seconde facilite le choix d'une série de première pour les élèves (L, ES, S ou technologique)
Les enseignements communs représentent 80% du total de l'horaire-élève, soit 23h30
2 h d'accompagnement personnalisé (soutien, approfondissement, orientation, méthodologie…)
Des cours à effectifs réduits
En cycle terminal de la voie générale, des séries moins cloisonnées
Les trois séries générales (L, ES, S) comportent des enseignements communs et des enseignements spécifiques.
En classe de première, 60 % des enseignements sont communs.
2 h d'accompagnement personnalisé
Des cours à effectifs réduits
En classe de terminale, à l'inverse , près de 70 % des enseignements sont spécifiques.
2 h d'accompagnement personnalisé
Des cours à effectifs réduit*
Un Enseignement de spécialité, dont la palette s'est enrichie, à choisir dans chaque série
Un lycée mieux adapté à son époque
Le lycée s'adapte à son époque : il favorise l'apprentissage des langues vivantes, l'accès à la culture et la responsabilisation des lycéens.
Langues vivantes : favoriser un enseignement plus efficace
Pour améliorer la capacité des élèves à s'exprimer et à communiquer, notamment à l'oral, les établissements peuvent :
- organiser l'enseignement par groupes de compétences et moduler les périodes d'enseignement, par exemple pour permettre des périodes d'apprentissage intensif ;
- nouer des partenariats avec des établissements scolaires étrangers, pour encourager la mobilité des élèves et favoriser les échanges à distance ;
- favoriser l'enseignement d'une discipline non linguistique en langue vivante ;
augmenter l'exposition des élèves à la langue avec les TICE (espaces numériques de travail, outils numériques nomades, etc.).
Garantir l'accès de tous les lycéens à la culture
L'enseignement obligatoire d'histoire des arts, une pratique artistique renforcée et une fréquentation accrue des lieux culturels contribuent à la construction d'un parcours culturel cohérent pour chaque élève. Les établissements peuvent :
- généraliser les partenariats avec le monde artistique et culturel ;
- proposer des séances de cinéma, dans le cadre de Ciné Lycée ;
- développer des ateliers artistiques et des chorales scolaires ;
- favoriser la mise en place des radios d'établissement ;
- favoriser l'accès aux ressources numériques disponibles dans le champ des arts et de la culture.
- Dans chaque lycée, un "référent culture" anime la vie culturelle. Il travaille en lien avec le conseil pédagogique et le conseil des délégués pour la vie lycéenne.
Le pilotage de ces mesures s'inscrit dans le cadre du volet culturel du projet d'établissement.
Favoriser la prise de responsabilité des lycéens
Pour encourager les lycéens à prendre des responsabilités, les Maisons des lycéens (MDL) ont un rôle élargi et un régime assoupli. Placées sous la responsabilité des élèves, ces associations rassemblent les lycéens qui souhaitent s'engager dans des actions citoyennes et initier des projets dans les domaines artistique, sportif et humanitaire.
Les lycéens peuvent s'investir davantage avec l'abaissement de 18 à 16 ans de l'âge minimal pour prendre des responsabilités associatives.

 

En savoir plus sur la réforme des langues

La rénovation de l'enseignement des langues vivantes étrangères (LVE):

  • Parcours de formation plus cohérents avec des possibilités d'approfondissement variés
  • De nouveaux objectifs disciplinaires
  • Des parcours langues plus cohérents
  • Une organisation plus souple
  • Un accès privilégié aux langues et cultures étrangères
  • De nouveaux objectifs disciplinaires
  • Les nouveaux programmes de langues vivantes sont désormais communs aux langues vivantes étrangères et régionales. Ils prennent appui sur le Cadre européen commun de référence pour les langues et encouragent la mise en place de groupes de compétences. L'accent est mis sur la production des élèves, notamment à l'oral.
  • Le nouveau programme de la classe de seconde est entré en application à la rentrée 2010. Les nouveaux programmes de langues vivantes du cycle terminal des séries générales et technologiques sont entrés en application à la rentrée 2011 pour la classe de première et à la rentrée 2012 pour la classe terminale.
  • Une rénovation des épreuves de langues du baccalauréat devrait permettre de valoriser les compétences orales des candidats dès la session 2013.